25.1 C
Lomé
dimanche, mars 3, 2024

RÉCÉPISSÉ N°097/HAAC/08-2023/pl/P

Google News
AccueilSociétéEntrepreneuriat : Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable

Entrepreneuriat : Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable

Au Togo, dans presque toutes les grandes villes, prendre son Thé le matin ou dans la soirée, ne nécessite pas forcément d’avoir les ingrédients chez soi ou de faire un déplacement pour un cafeterait. On peut vite se faire servir dans la rue et dans les quartiers grâce aux vendeurs ambulants de thé. Ils courent presque toutes les rues et aident la population. Mais leur métier est habituellement méprisé et pourtant, il se révèle rentable selon le témoignage du jeune vendeur Aboubakir à la rédaction de TogoPost.

Que ce soit à DapaongCinkassé, Mango, Kara, SokodéAtakpaméNotséKpaliméTséviéAssahoun, ou dans le grand Lomé, on les voit partout dans les quartiers, carrefour et dans les rues avec leur pousse-pousse. Ils sont souvent équipés de leur matériel de travail tel que: les thermousses, un fourneau à charbon, du lait, du citron, gingembre entre autres, en tout cas du nécessaire pour combler l’envie de chacun.

Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable
Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable

Cent francs (100 F) CFA seulement pour être servi

À Dapaong par exemple, le métier de vendeur ambulant du thé a pris de l’ampleur ces deux dernières années. L’activité est exercée non seulement par les jeunes, mais aussi des adultes, dont la majorité vient des pays sahéliens principalement, du Niger.

Chaque matin très tôt à 4 heures et les soirs à partir de 18 heures, après une longue balade, ces vendeurs s’immobilisent avec leur pousse-pousse au niveau des principaux axes et carrefours de la ville et aussi devant les entreprises et institutions.

Chez le jeune Aboubakir, il suffit simplement de dépenser 100 francs Cfa pour se faire servir un café au lait ou chocolat bien chaud. Ceux qui veulent rendre plus riche leur petit-déjeuner ajoute l’omelette etc… Et cela aide les travailleurs.

« Je préfère la tasse de 100 f, car elle est moins chère », nous confie le client Dermane.

« Moi, j’ai le nécessaire chez moi à la maison pour faire du café avant de venir au boulot, mais au risque d’être en retard, je ne le fais pas. Mais arrivé au boulot grâce à ce jeune vendeur qui vient souvent ici, je me sers à 100 f et j’entame ma journée tranquillement » a confié Monsieur Jules (Nom prêté), un agent de l’OTR croisé par la rédaction de Togopost devant le siège de l’OTR à Lomé.

Les vendeurs ambulants de Thé sont de vrais compagnons des conducteurs de taxi Moto (zed man). Dans la nuit comme dans la journée, ils cohabitent ensemble. D’ailleurs, les zed man représentent une grande partie de la clientèle de ces vendeurs de thé. C’est ce que révèle Komla, un conducteur de taxi moto au carrefour Bodjona à Lomé.

« C’est souvent des Nigériens qui font cette activité. Ils sont souvent dans la nuit avec nous ici. Nous les conducteurs, ça nous sert beaucoup. Souvent, on prend du café chez eux pour ne pas dormir surtout nous qui travaillons les nuits », a affirmé monsieur Komla.

Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable
Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable

Aboubakir le vendeur ambulant du Thé gagne son pain

Au carrefour Kondian dans la ville de DapaongAboubakir gagne son pain quotidien non seulement, grâce aux conducteurs de Taxi-motos stationnés à cet endroit, mais aussi aux usagers de cet axe routier.

« Je vends du café noir, du lipton au citron, du café au lait, il y a aussi Gnamakou, maintenant il n’y a pas le marché parce qu’il y a plus le froid, mais je gagne pour moi quand même », a-t-il déclaré.

Evoquant la période où il gagne mieux, il nous parle de la saison pluvieuse et pendant l’Harmattan, un vent sec qui se profile déjà à l’horizon dans le grand Nord.

« Quand il y avait la pluie je gagnais mieux, mais maintenant la pluie a terminé, mais je sais que le marché va bien reprendre. Début décembre à cause de l’harmattan, le marché va reprendre », a-t-il ajouté tout confiant.

« Tout travail peut conduire au bonheur si… »

Selon les déclarations d’Aboubakir, il se sent très à l’aise dans le métier et n’a jamais eu honte de son activité, car c’est bien sûr cette dernière qui le nourrit. Il lance à cet effet un message fort à toute personne qui est à la quête de quoi faire pour s’auto-suffire.

Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable
Vendeur ambulant du thé, une activité qui paraît banale mais rentable

« Je demande à tous les jeunes de partout, de ne jamais avoir honte du travail qui leur donne à manger, il n’ont qu’à travailler et à demander la bénédiction d’Allah et il le fera un jour » martèle-t-il.

En clair, le terrain est pourvoyeur de gain et il est vierge parce que l’activité est minimisée surtout par les Togolais qui laissent la place aux étrangers surtout, Nigériens et Burkinabè. Ces derniers gagnent aisément leur vie et font des réalisations dans leurs pays à partir de cette activité exercée au Togo. Pendant que bon nombre de la jeunesse togolaise cri au chômage et cherchent de gros financement pour lancer des initiatives qui souvent ne réussissent pas.

Pendant que bon nombre de la jeunesse togolaise cri au chômage et cherchent de gros financement pour lancer des initiatives qui souvent ne réussissent pas. De la nécessité pour les jeunes de prendre conscience et aux organisations qui œuvrent pour l’entrepreneuriat des jeunes d’orienter mieux les jeunes apprenants.

DOUMONE Kassan

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments