27.1 C
Lomé
mardi, mars 5, 2024

RÉCÉPISSÉ N°097/HAAC/08-2023/pl/P

Google News
AccueilPolitiqueÉlections législatives au Togo: l'opposition pose des conditions

Élections législatives au Togo: l’opposition pose des conditions

Au cœur d’une polémique politique au Togo, le gouvernement retarde le calendrier des élections législatives, suscitant l’inquiétude de l’opposition. Cette décision, annoncée lundi, soulève des questions sur l’équité du scrutin à venir.

Initialement promis dans les 12 mois par le président Faure Gnassingbé en décembre dernier, les élections législatives et régionales ont été repoussées au « plus tard à la fin du premier trimestre 2024 », selon le gouvernement togolais. Ce délai soulève des doutes quant à la faisabilité d’un processus transparent et démocratique.

Lire aussi : CENI/Régionales : L’opposition déboute le travail de l’OIF sur le fichier électoral

Vers des pourparlers cruciaux

Togo Brigitte Adjamagbo Johnson reelu a la tete de la CDPA

Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la coalition d’opposition DMP, dénonce un délai irréaliste. Elle appelle au renouvellement du mandat de la commission électorale et à un redécoupage équitable des circonscriptions, insistant sur la nécessité de réformes préalables à des élections justes.

Mme Adjamagbo-Johnson souligne l’importance de pourparlers avec le gouvernement pour instaurer une véritable démocratie au Togo. Elle met en garde contre d’éventuelles manifestations si l’opposition n’est pas consultée à l’approche du scrutin.

Préoccupations sur le vide institutionnel

Élections législatives au Togo: l'opposition pose des conditions

L’annonce surprise du gouvernement crée un « vide institutionnel », alerte Mme Adjamagbo-Johnson. Selon la constitution, les élections législatives doivent être organisées dans les 30 jours suivant la fin de la session de l’Assemblée nationale, laissant le pays sans législature fonctionnelle pendant trois mois.

« Le pays sera laissé pendant trois mois avec une assemblée qui n’a pas le pouvoir de légiférer au nom des Togolais ou de contrôler les actions du gouvernement », a déclaré Mme Adjamagbo-Johnson.

La situation politique au Togo se tend avec ce report, suscitant des inquiétudes quant à l’intégrité des élections à venir. Les demandes de réformes de l’opposition mettent en lumière les enjeux cruciaux pour la démocratie dans le pays.

Steven Wilson

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments