Togo : les Organisateurs de la « Foire Kermesse de la Capitale » dans un grand ennui

0
2718
Togo : les Organisateurs de la « Foire Kermesse de la Capitale » dans un grand ennui
Togo : les Organisateurs de la « Foire Kermesse de la Capitale » dans un grand ennui

Qu’est devenue concrètement la Foire Kermesse de la Capitale ? Cet événement, organisé jadis annuellement par des jeunes Togolais, n’est plus effectif depuis des années. Cette foire, qui créait de l’émulation dans la capitale Lomé, ne se tient plus. À quoi cela est dû ? La rédaction de votre journal s’est intéressée au sujet. Et on comprend simplement que le mal est profond.

En effet, la dernière édition de la Foire Kermesse de la Capitale remonte à 2019, après cette année, c’est le silence absolu. La structure organisatrice AS COMMUNICATION & ÉVÉNEMENTIEL ne donne plus d’information sur l’événement. Et c’est le silence absolu chez les jeunes qui pilotent le projet.

Plusieurs sont laissés sur leur soif, puisque cette foire, notons-le, attirait beaucoup de monde et était l’autre occasion pour le peuple togolais de vivre des spectacles inédits et profiter des produits locaux à travers les expositions.

L’événement, bien qu’étant organisé par des jeunes et bien que n’étant pas le seul événement du genre dans la capitale, a eu un succès assez remarquable en seulement 4 éditions.

Et justement, ce succès des jeunes n’a visiblement pas plu à certaines personnes. Pire, il se trouve vraisemblablement selon nos investigations, les jeunes étaient outre leur initiative, des garçons de courses pour des barons de la capitale. Les jeunes rendaient à ces derniers, des services. Sauf qu’à un moment donné, les jeunes ont décidé de ne plus exécuter les petites tâches aux barons. Une chose que les cadres en question n’ont visiblement pas digéré et ont décidé d’en vouloir aux jeunes. Les auraient proféré des menaces à l’endroit des jeunes. Et suite à la persistance des menaces, les jeunes organisateurs ont dû prendre la poudre d’escampette.

L’un de ces jeunes notamment Awoudor Koami Leopold a laissé sa vie, d’autres, à l’instar de Akakpo Edeo Olivier, Akakpo Akovi Aziankpo-mitan et Follykoue Ekoue Sessi Edem, pour sauver leurs fesses, ont fuit le pays et se retrouvent aujourd’hui en occident.

Leur seule faute, c’est d’avoir osé entreprendre, et d’avoir réussi ce grand événement de la capitale. Que veulent vraiment les mains noires à ces jeunes avec leur pratique malsaine ? Que devient finalement la politique de développement participatif, et d’inclusion prônée par le Chef de l’Etat ? Déplorable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!