Economie bleue : le rapport provisoire du plan de promotion validé

0
427
Economie bleue : le rapport provisoire du plan de promotion validé

Le ministère de l’Environnement et des ressources forestières du Togo a validé, le 16 février dernier, le rapport provisoire du plan de promotion de l’économie bleue lors d’un atelier à Lomé. L’objectif de ce document est d’améliorer la gouvernance du secteur de l’économie bleue en dotant ce dernier d’un cadre juridique, institutionnel et organisationnel pour attirer des investissements.

Le concept de l’économie bleue repose sur l’utilisation durable des ressources océaniques, fluviales et lacustres pour favoriser la croissance économique tout en protégeant les écosystèmes y afférents. Le rapport, élaboré sur la vision que le Togo assure une gestion et une utilisation durable des ressources marines, lacustres et fluviales, est décliné en trois axes stratégiques.

Economie bleue, un plan quinquennal

Economie bleue : un plan national de promotion bientôt lancé

Le premier axe vise à améliorer la gouvernance du secteur de l’économie bleue, le deuxième axe se concentre sur la promotion de la croissance économique et le troisième axe sur le renforcement des capacités de prévention et d’adaptation aux changements climatiques.

Le rapport a été élaboré à partir des consultations régionales des acteurs intervenant dans le secteur de l’économie bleue, qui ont été une occasion d’informer l’ensemble des parties prenantes sur l’importance de la valorisation des écosystèmes marins, côtiers, fluviaux et lacustres du pays.

Le document comporte un plan d’action quinquennal, dont la mise en œuvre des actions inscrites a un coût total de 205,74 milliards de FCFA.

Sortir de la dépendance des activités terrestres

Economie bleue : un plan national de promotion bientôt lancé

La promotion de  concept économique relatif à des activités économiques liées aux océans, aux mers et à leurs côtes permettra de sortir le Togo de la dépendance de ses activités terrestres pour se connecter à des secteurs porteurs comme l’aquaculture, la biotechnologie marine et fluviale ainsi que les énergies renouvelables.

Selon le directeur des Affaires administratives et financières du ministère, Comlan Awougnon, les écosystèmes marins et côtiers, ainsi que ceux des rivages, des berges, des lacs, des cours d’eau et des zones humides du Togo sont riches en ressources naturelles et offrent un potentiel de création de richesses, d’emplois et d’insertion dans le commerce.

Toutefois, les secteurs porteurs de l’économie bleue sont confrontés à des défis tels que la faiblesse du cadre politique, juridique et institutionnel, ainsi que la pêche illicite non déclarée et non réglementée.

C’est dans ce contexte que le gouvernement compte disposer d’un plan de promotion du secteur de l’économie bleue pour permettre aux communautés et aux opérateurs économiques de mieux le valoriser dans le contexte d’un développement durable.

Steven W.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!